France Travail: où en est-on ? La CGT vous informe

France Travail, devant initialement remplacer Pôle Emploi et les missions locales, ne serait finalement qu’une « porte d’entrée unique vers l’emploi » et pas avant fin 2023…?

La CGT vous informe: tout ce que l’on sait sur le peu qui en est dit…

Le contexte, l’historique du projet France Travail, les objectifs de France Travail, l’échéancier et la méthode, les conséquences, les risques et les dangers du projet France Travail:

Pour lire le dossier complet, cliquer ici

Pour lire la Déclaration CGT au CSEC du 24 novembre 2022, cliquer ici

Plan Métiers et Tension 2022: un plan d’action à haut risque !

Est présentée ou va être présenté dans les agences la nouveauté de la rentrée (en plus du reste) : le Plan Métiers et Tension 2022, qui répond à la commande du gouvernement et du ministère du Plein Emploi.

La CGT est en pointe sur ce sujet via les médias:

-pour accéder à l’article Médiapart, cliquer ici

-interview BFM 1: cliquer ici pour visionner l’interview 1
-interview BFM 2: cliquer ici pour visionner l’interview 2
-blog de Michel Abhervé: cliquer ici

 

Le plan MET 2022 n’a été présenté ni au CSEC ni dans les CSE, la direction considérant qu’il ne s’agit que d’un Plan d’Action (certes national avec des ajustements Locaux).  Nous n’en faisons pas la même analyse et il nous apparaît qu’il faut systématiser tant au CSEC que dans les CSE – où nous sommes présents – une demande d’Information/consultation sur le sujet avec les autres organisations syndicales.

Une analyse juridique du dossier s’impose pour caractériser ou non un délit d’entrave.

La création de portefeuilles sectoriels liées aux Métiers en Tensions (en lieu et place de portefeuilles « guidé ») et son objectif : Conseillers CDDE affectés uniquement à ces portefeuilles, qualification du fichier des DE ciblés, entretien en ATE Collectif, jalon à 3 mois, systématisation de la menace de sanction (absence ATE/info Coll’, absence de réponses aux sollicitations de Pôle emploi, refus d’accepter les offres – quelles que soient leurs natures)… change la nature de notre mission : il ne s’agit plus d’accompagner les DE mais de les contraindre à accepter des OE sous peine de sanction.

 

Le Gouvernement érige « le travail » comme unique objectif à son ambition dudit « plein emploi » quelles qu’en soient la durée, les conditions de travail, sa rémunération ou les choix des travailleurs privés d’emploi. Alors que dans les métiers en tension ciblés, le Patronat porte la responsabilité du « manque d’attractivité » de ces métiers (et c’est un euphémisme).

Il s’agit à travers le Plan MET 2022 de nous faire avaler une perspective d’évolution de nos missions centrées uniquement vers le retour à l’emploi (bien loin du CEP affiché), première étape vers une attribution prochaine du RSA, dans des régions expérimentales, conditionnée par un parcours d’accès uniquement vers l’emploi de nos usagers (sans prise en compte de leur réalité sociale et de leur besoin).

 

La CGT Pôle emploi prépare une expression en direction des collègues sur le sujet, une expression commune avec la CGT Chômeur est aussi en cours d’échange.

La CGT Pôle emploi a rencontré le ministre du travail

Lundi 27 juin, la CGT Pole emploi a interpellé le Ministre du Travail qui visitait l’agence Paris Cardinet en compagnie du Directeur Général. Refusant d’ouvrir le dialogue sur place, il nous a proposé une rencontre avec son cabinet que nous avons acceptée et qui s’est tenue jeudi 30 juin. L’occasion de le questionner sur les sujets qui inquiètent fortement les personnels de Pôle emploi, et de porter nos revendications…

Vous trouverez le compte rendu de cette rencontre en cliquant ici

La fiesta à 300 000 euros de Pôle emploi…

D’après les informations du Canard enchaîné, Pôle emploi a organisé une réception au Stade de France pour au moins 286 000 euros hors taxes.

Une sauterie qui ne devrait pas calmer la gronde des chômeurs les plus précaires. Le 17 juin 2022, Pôle emploi Ile-de-France a pris l’initiative d’organiser un « séminaire managers » au Stade de France, rapporte Le Canard enchaîné.

Cette soirée, qui a permis de réunir au moins 1 100 personnes, ne fait pas l’unanimité en interne. « C’est de l’argent public qui devrait être consacré à l’accompagnement des demandeurs d’emploi », a confié au journal un syndicaliste et membre du comité social et économique…

Pour lire l’article du Canard Enchaîné, cliquer ici

Le Conseil d’Analyse Economique préconise la mise en concurrence de Pôle emploi

Le Conseil d’Analyse Economique (CAE) est une instance consultative composée d’économistes à obédience libérale voire ultra-libérale, rattachée aux services du Premier ministre et qui conseille ce dernier. Le CAE fait partie du réseau France Stratégie qui a pour objectif de concourir à la détermination des grandes orientations pour l’avenir de la nation et des objectifs à moyen et long terme de son développement économique, social, culturel et environnemental.

Dans la droite ligne du rapport CAP2022 rendu en 2018 (voir l’article que nous lui avions consacré : https://cgtpegrandest.reference-syndicale.fr/a-la-une/cap-22-la-casse-des-services-publics-et-de-pole-emploi/ ), le CAE a rendu le 14 mars 2022 un rapport dans lequel il préconise une externalisation de l’accompagnement des demandeurs d’emploi vers des prestataires privés. Le CAE estime que Pôle emploi n’a pas les capacités nécessaires pour accompagner tous les chômeurs. En conséquence, il préconise que des prestataires privés agréés puissent avoir accès aux fichiers de Pôle emploi et contacter des demandeurs d’emploi directement.

Par ailleurs, le CAE estime que les entreprises ne disposent pas d’informations suffisamment claires de la part de Pôle emploi sur les caractéristiques du marché de l’emploi. Pour optimiser la rencontre entre la demande et l’offre d’emploi, le CAE propose que des prestataires privés soient mis en concurrence pour diriger les chômeurs vers les besoins de main d’œuvre des TPE/PME.

Rappelons qu’en 2005 déjà, l’Unédic avait eu recours à des prestataires privés dans le but de réduire les dépenses de l’assurance chômage.

Le bilan réalisé en 2012, corroboré par un rapport de la Cour des comptes rendu en 2014, indiquait que Pôle emploi faisait mieux que le privé.

Cette réalité gênante pour le CAE conduit ses membres à re-écrire l’histoire en trouvant, a postériori, des raisons à cet échec auquel il est tout à fait possible de remédier :

-les prestataires ne doivent pas recevoir prioritairement les chômeurs les plus éloignés de l’emploi (qui doivent donc être laissés à Pôle emploi… ?)

-les prestataires doivent être libérés des « procédures administratives empêchant toute expérimentation novatrice ».

-chaque chômeur pourrait recevoir un « chèque emploi », valable auprès d’un prestataire de son choix chargé de l’accompagner jusqu’au retour à l’emploi. L’organisme serait alors rémunéré sur présentation de ce chèque et en fonction des résultats.

 

La CGT alerte depuis des années sur les risques et les dangers de la mise en concurrence et de la privatisation rampante de Pôle emploi et du service public de l’emploi.