Point sur Trajectoire GDD: déclaration CGT au CHSCT lorrain du 14 décembre 2017

Déclaration CGT au CHSCT du 14 décembre 2017

Les éléments chiffrés successivement présentés par l’Etablissement pour établir le constat d’une baisse de charge de l’activité GDD questionnent les agents comme les représentants du personnel.

Ces chiffres prennent une résonance particulière sur le terrain où aucune baisse de charges n’est réellement ressentie par les collègues  GDD, bien au contraire…

Les chiffres annoncés ne correspondent pas au vécu quotidien observé par les agents, par la CGT, et probablement par d’autres observateurs.

Nos salles d’attente ne désemplissent pas depuis la dématérialisation et l’externalisation des attestations.

Notons au passage que dans un rapport récent, le Défenseur des Droits a révélé l’impact négatif de la dématérialisation des services publics sur les usagers les plus fragiles (16% de nos concitoyens n’ont pas internet et 21% ne sont pas à l’aise pour l’utiliser ; cela est à mettre en lien avec le taux de pauvreté sans précédent enregistré dans notre pays : 14% des français sont sous le seuil de pauvreté, ce qui représente près de 9 millions de personnes). Dans ces conditions, la dématérialisation peut être envisagée comme un « service plus », mais certainement pas comme le socle de délivrance futur des services de Pôle emploi, comme tend à l’imposer l’Etablissement, sauf à oublier que nous sommes un service public, et sauf à oublier les fondamentaux d’un service public. D’ailleurs une étude récente montre que 57% des français jugent nécessaires de conserver des services publics de proximité, quitte à augmenter les impôts si cela s’avérait nécessaires.

Par ailleurs, la précarité et les réclamations des demandeurs d’emploi explosent, et par conséquent l’insatisfaction augmente.

Il serait difficile de faire un étalage exhaustif de tous les dysfonctionnements auxquels les agents GDD sont confrontés, mais il est évident que cela se traduit par une perte de sens, une résignation, une démotivation de nos collègues.

L’Etablissement serait avisé d’en tenir compte.

Pour les agents bi-compétents ayant perdus du jour au lendemain leurs habilitations, sans réelle concertation, la transition a été ressentie comme brutale pour bon nombre d’entre eux.

Quel est le retour sur investissement pour l’Etablissement ?

Les agents GDD restants sur le champ de l’indemnisation risquent de se retrouver dans des situations difficiles, en flux tendu, ou il sera bien délicat pour l’Etablissement de pallier à des absences inopinées et faire face aux périodes de congés.

Dans certains sites, il est demandé aux agents de faire des heures supplémentaires, ou de pallier à des absences sur d’autres antennes, ce  qui est paradoxal au vue de la baisse de charges annoncée !

Qu’en sera-t-il demain, avec la nouvelle convention à assimiler, la DSN et les nombreux changements à venir, annoncés par le gouvernement ?

L’Etablissement est probablement en train de commettre la même erreur que celle faite après la fusion, en voulant que chaque agent devienne conseiller personnel.

Quelles perspectives d’avenir donnez-vous aux agents ne souhaitant pas aller sur le champ du placement ?

Quelle porte de sortie envisagez-vous pour les  collègues confrontés à cette situation anxiogène concernant leur devenir ?

Le chantier trajectoire GDD repose sur une malhonnêteté comptable, une réalité maquillée ; elle constitue une erreur stratégique, et potentiellement une légitimation future de l’indemnisation au forfait que le patronat tente d’imposer depuis des années.

C’est un formidable gâchis qui s’inscrit dans la politique de casse des métiers et de casse du service public de l’emploi que nous observons depuis plusieurs d’années, et à laquelle la CGT  continuera à s’opposer.

Battons-nous pour l’avenir de Pôle emploi et pour nos emplois !

Depuis la création de Pôle emploi, la CGT alerte sur les risques liés à la fusion Assedic-Anpe : une stratégie systématique de réduction des coûts et ses développements prévisibles, néfastes pour le personnel, les usagers et la qualité des services rendus. Pôle emploi porte en lui toutes les caractéristiques d’une entreprise de démolition du service public imposée par une politique ultra-libérale.
Dès 2008, nos dirigeants ne s’en cachaient pas :
►Sarkozy 2008 : « on ne peut diminuer le nombre d’employés de l’ASSEDIC et de l’ANPE qu’après avoir fusionné les deux organismes ».
►Charpy (ex-DG) 2010: « Nous n’entendons pas conserver éternellement 50 000 collaborateurs ».
►Wauquiez (Secrétaire d’Etat à l’Emploi) confirmait en 2010 que les effectifs de Pôle-Emploi avaient « vocation à être calibrés en fonction de la situation du chômage » et qu’ « une baisse du chômage entrainerait une baisse d’effectifs facilitée par les règles de gestion privée offertes par la CCN… »
►De nombreux libéraux se sont exprimés dans ce sens depuis.
►En Allemagne les évolutions observées préfigurent ce que nos gouvernants réservent à Pôle-Emploi. La Bundesagentur fur Arbeit a subi un dégraissage drastique : elle va supprimer 5.000 emplois d’ici 2019, portant le total des coupes à 17.000 depuis 2013…

La CGT était bien seule à dénoncer ces risques : Encore récemment, les OS « bien-pensantes » refusaient qu’on évoque un « plan social interne » à Pôle Emploi à propos du dossier « trajectoire GDD » parce qu’il ne fallait pas «effrayer le personnel »…

Le projet de loi de finance pour 2018 impacte fortement Pôle emploi et menace son avenir et nos emplois :
►Un budget en baisse de 4 milliards d’euros pour le ministère de l’emploi d’ici 2022
►2000 ETP supprimés (1700 contrats aidés et 300 CDI) à Pôle Emploi
►Hausse de la CSG
►Gel de la valeur du point d’indice
►NAO de septembre = Zéro
►Rétablissement du jour de carence pour les agents publics
►297 postes supprimés dès cette année et combien d’autre d’ici 2022 pour atteindre 4 milliards d’économies…
►Ce qui est visé à terme, c’est clairement l’externalisation et la privatisation des missions de Pôle emploi…

Ce que la CGT craignait depuis longtemps, le gouvernement l’annonce maintenant : le début d’un plan social pur et dur.
Il n’y a plus à tergiverser : soit nous, agents de Pôle emploi, faisons preuve de combativité et avons une chance de garder notre travail sans être vendus à Adecco et consorts, soit nous nous couchons et la plupart d’entre nous se retrouvera de l’autre côté du guichet ou dans des officines privées…
Seul un mouvement de grande ampleur sera à même de faire plier le gouvernement

Trajectoire GDD présentée en CE le 26 janvier 2017 : la CGT prend l’initiative pour la défense des agents

2017-01-26_155109

Après  avoir lu une déclaration (cliquer ici pour la lire) et demandé une suspension de séance, la CGT vient de réussir à faire l’unanimité des élus pour exiger que le point « Evolution trajectoire GDD » à l’ordre du jour du CE d’aujourd’hui fasse l’objet d’un CE extraordinaire d’une journée, jeudi prochain 2 février.

En revanche, faute d’unanimité trouvée auprès des élus des autres organisations syndicales, le retrait du point de l’ordre du jour d’aujourd’hui n’a pu être obtenu.

La consultation est prévue pour fin février.

Comme vous pourrez le constater à la lecture du document présenté en CE par la Direction (cliquer ici pour le lire), c’est un véritable « plan social interne » sur l’activité GDD, comme on pouvait le prévoir après l’accord GPEC.

C’est là une conséquence logique et directe du funeste accord GPEC que la CGT se félicite de ne pas avoir signé.

Pour lire le tract, cliquer ici 

       Plus que jamais, mobilisez-vous !

Rejoignez la journée d’action et de grève intersyndicale du 6 mars 2017 !

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu »

(B. Brecht)

GPEC: un accord inacceptable

La CGT Pôle-Emploi a décidé de consulter ses adhérents conformément aux règles de démocratie interne : ceux-ci se sont prononcés à une écrasante majorité pour le refus de signer l’accord GPEC.

A travers cet accord la DG vise à:
-faciliter la mise en oeuvre de Pôle Emploi 2020 et OSSPP,
-faciliter la segmentation des activités de conseil,
-faciliter l’hyper spécialisation des conseillers et la laisser à la main des ELD,
-réduire les effectifs GDD sous prétexte de baisse de charge et de gains de productivités qu’il a été impossible de se voir démontré, la DG considérant son affirmation comme un état de fait qui ne peut être remis en cause.
-poursuivre l’installation du Lean Management à Pôle Emploi,
-favoriser un transfert maximal sur le numérique et la dématérialisation.

Pour la CGT Il est indispensable de combattre ces orientations et non de les accompagner : une prime pour faire accepter la disparition de mon emploi, non merci !

Pour lire le tract CGT Pôle emploi national, cliquer ici

Pour lire le tract CGT Lorraine, cliquer ici

Pour lire le tract CGT Champagne-Ardenne, cliquer ici

Pour lire la synthèse 4 pages sur l’accord GPEC, cliquer ici

Tous les adhérents de la CGT Pôle-emploi France ont été consultés (1 syndiqué = 1 voix) pour savoir si la CGT devait ou non faire valoir son droit d’opposition dans le but de faire tomber l’accord GPEC bien qu’il ait été valablement signé.
Les adhérents de la CGT Pôle-emploi Grand Est ont voté majoritairement CONTRE l’utilisation de ce droit d’opposition.
Toutefois, la consultation nationale a montré que les adhérents CGT étaient majoritairement POUR le droit d’opposition à 74%.
Aussi, la CGT a fait valoir ce droit dans le respect de la décision de ses adhérents.
La portée de cette décision reste limitée puisqu’il n’y a que la CGT et FO qui sont pour cette action, les 50% minimum requis pour faire tomber l’accord n’étant pas réunis.
L’accord GPEC va donc s’appliquer, pour votre plus grand malheur.
Car nous le rappelons une fois de plus, aujourd’hui ce sont nos collègues de l’indemnisation qui sont sur le grill, mais tous les agents vont y passer, soyez-en assurés.
Nous sommes, depuis déjà longtemps, dans une période où le dialogue social est mis à mal par la Direction Générale, mais aussi par des organisations syndicales qui signent des accords au rabais.
Il n’y a pas de rapport de force suffisant pour négocier un accord digne de ce nom équitable pour toutes les parties.
Par « rapport de force » nous n’entendons pas « conflit », mais juste un réel équilibre entre les forces en présence qui négocient.

En effet, que constate-t-on aujourd’hui ?
=> La Direction Générale sait qu’elle a devant elle des organisations syndicales prêtent à signer tout et n’importe quoi.
=> De fait, la Direction Générale va proposer un accord a minima pour ces organisations syndicales sans se préoccuper des autres. Elle dira que « c’est ça ou rien ».
=> Enfin, ces organisations syndicales signeront et reviendront vers les agents en leur disant que « c’est mieux que rien ».

La CGT, elle, est pour un vrai dialogue social qui permette à toutes les parties négociatrices des accords d’être gagnantes, et à travers elles, les agents de Pôle emploi.

L’avenir de Pôle-Emploi et la menace sur les effectifs : qui avait raison ?

Dès avant la fusion, la CGT avait alerté les personnels sur les risques que la marchandisation de nos missions confiées à des opérateurs privés faisait peser sur les effectifs et l’avenir de Pôle-Emploi.

La loi de fusion, la Convention Collective Nationale (CCN) et le « droit d’option » ouvert aux agents publics n’ont fait qu’aggraver ces risques.

En 2009-2010, le secrétaire d’Etat à l’Emploi (Laurent Wauquiez) confirmait nos inquiétudes en lâchant volontiers aux médias que les effectifs de Pôle-Emploi avaient vocation à être calibrés en fonction de la situation du chômage et qu’une baisse du chômage entrainerait une baisse d’effectifs facilitée par les règles de gestion privée offertes par la CCN…

En 2012 l’ancien Directeur Régional a affirmé à plusieurs reprises (PV de CE et de CHSCT) qu’à terme, Pôle-Emploi Lorraine pourrait ne conserver qu’une vingtaine de liquidateurs.

A part la CGT, personne ne semblait s’inquiéter de cela à l’époque…

Or voilà qu’aujourd’hui nous vient d’Allemagne un signal inquiétant qui préfigure probablement ce que nos gouvernants réservent à Pôle-Emploi dès que la situation se présentera : la Bundesagentur fur Arbeit (Agence fédérale pour le travail) est en phase de dégraissage drastique, chômage bas oblige. Elle va supprimer 5.000 emplois d’ici 2019, portant le total des coupes à 17.000 depuis 2013, le chômage bas rendant les services de ses conseillers superflus.

Certes le chômage en France est encore à un niveau élevé, mais il finira bien par baisser. Et la marchandisation du service public de l’emploi est déjà largement engagée (abandon de nos missions au profit des opérateurs privés de placement, casse des métiers, dématérialisation des contacts avec les usagers, mail.net, externalisation complète programmée du 3949, équipes dédiées entreprise visant à confier à terme la relation entreprise au privé, etc…).

Nous sommes tous concernés, agents privés comme agents publics, personnels de l’indemnisation comme personnels du placement.

Alors réagissons pour préserver le service public,
nos missions et nos emplois !

TOUS EN GREVE LE 9 AVRIL 2015

 

Pour accéder au tract imprimable, cliquer ici

 

La conférence de presse de la CGT Pôle-Emploi Lorraine

Réduction des horaires d’ouverture: « S’ils pouvaient mettre des douves et des remparts, ils le feraient »

Le 10 mars 2015, la CGT Pôle-Emploi Lorraine a donné une conférence de presse axée notamment sur la convention tripartite 2015-2018 et son plan stratégique « Pôle-Emploi 2020 » dont un volet concerne l’ « accueil subi » ( !?) des usagers avec, comme solution proposée par la Direction, la réduction des horaires d’ouverture au public, pudiquement appelée « modulation des horaires d’ouverture » ou « modalité ouvert-fermé », qui constitue un véritable déni de service public.

Comme en septembre et octobre 2014, les arguments de la CGT Pôle-Emploi Lorraine ont trouvé un écho dans la presse.

Pour lire l’article du Républicain Lorrain, cliquer ici

Pour accéder aux vidéos tirées de cette conférence de presse, cliquer ici

Pour gagner du budget temps au profit de la gestion de portefeuille (500 ETP au niveau national), la Direction préfère réduire les horaires d’ouverture au public plutôt que de tirer les conséquences du déséquilibre charges/effectifs et de recruter en conséquence.

En dépit des fadaises qui nous sont assénées quotidiennement, la France est le pays d’Europe ou le nombre de demandeurs d’emploi par conseillers est le plus élevé.
Rappelons qu’en 2011 l’Inspection Générale des Finances (avec Jean Bassères à sa tête !!!) rendait public une « Etude comparative des effectifs des services publics de l’emploi en France, en Allemagne et au Royaume-Uni » dans laquelle elle ne pouvait que constater les sous-effectifs de Pôle-Emploi: cette étude révélait en effet que pour 10000 chômeurs l’Allemagne alignait 377 ETP (Equivalent Temps Plein), le Royaume-Uni 349, …et la France 150 !!!
Depuis, les « emplois Sarkozy » (1800) n’ont été d’aucun bénéfice puisqu’ils ont juste compensé la perte précédente de 1800 emplois (par le même Sarkozy…). Et les « emplois Hollande » (2 X 2000 = 4000) sont largement insuffisants pour compenser le différentiel d’effectifs que la France enregistre par rapport à des pays comparables comme l’Allemagne et la Grande-Bretagne.

Les moyens en stagnation alloués à Pôle-Emploi alors que le chômage s’accroît depuis plusieurs années illustrent une politique d’austérité qui n’est qu’un prétexte à la réduction de l’intervention publique au profit du secteur marchand:
-3949 sous-traité entièrement à terme,
-Mail.net sous-traité à une entreprise privée, ce qui contribue à la privatisation d’une partie des activités de la DSI de Pôle emploi,
-Recours massif aux opérateurs privés de placement pour les DE en modalité d’accompagnement « suivi » (Convention tripartite 2015-2018),
-Equipes dédiées entreprises dont l’objectif est en réalité de créer les conditions pour faciliter à terme une opération consistant à confier la relation entreprise à des opérateurs privés,
-etc.

Seule une mobilisation massive des agents permettra d’enrayer cette spirale de privatisation qui menace le service public de l’emploi, les missions de Pôle-Emploi et nos emplois.

Le 9 avril 2015 la CGT vous propose d’agir collectivement en convergence avec l’ensemble des salarié-e-s pour la mise en oeuvre d’alternatives, porteuses de modernité sociale. Il y en a assez des prétendues réformes qui ne conduisent qu’à de nouveaux sacrifices, de nouveaux reculs sociaux, à l’exemple de la proposition de loi Macron.

Avec d’autres organisations syndicales, FO, Solidaires et la FSU, la CGT invite les salarié-es et les retraité-es à se mobiliser dans une action de grève et de manifestation.