Contre les projets MACRON, le Président des Riches !

Grève et mobilisation Mardi 12 Septembre 2017

« Macron Attacks ! »

Le budget de la nation, de la sécurité sociale et des collectivités territoriales :

  • Hausse du CICE de 6 Milliards et sa transformation en baisse de cotisations patronales
  • Exonérations des cotisations sociales réduisant les recettes issues du salaire socialisé
  • Baisse du 13 Milliards des dotations pour les collectivités territoriales

 

« Macron Attacks ! »

Les privés d’emploi, invalides, malades et retraités :

  • Plus d’augmentation de la CSG pour les retraités
  • Augmentation des contrôles et baisse des indemnités pour les privés d’emploi

 

« Macron Attacks ! »

La jeunesse :

  • Pas de ministère dédié aux politiques jeunesse
  • Pas d’accès pour tous à l’université
  • Baisse des Aides au logement
  • Suppression annoncée des Emplois d’Avenir pour les jeunes suivis par les missions locales

 

« Macron Attacks ! »

Le Code du travail en remettant en cause 120 ans de protection collective des salariés :

  • L’accord d’entreprise défavorable s’imposera à la Convention Collective
  • Le contrat de travail : le salarié ne pourra plus refuser les modifications
  • Fusion des instances représentatives du personnel : Moins de démocratie dans les entreprises
  • CDD et CDI de projet établis comme la norme : Mort du CDI actuel
  • Plafonnement des indemnités de licenciement en cas de licenciement illicite

 

« Macron Attacks ! »

Notre système de protection sociale en s’en prenant à ses recettes :

  • Suppression des cotisations maladie
  • Suppression des cotisations assurance chômage

 

 

Et les Riches dans tout ça ?

Tout va bien :

  • Pour les entreprises du CAC 40 : La trésorerie c’est 186 Milliards et les bénéfices +32% (en 2016)
  • Pour les riches : Suppression de l’ISF

 

C’est dans la rue qu’il faut riposter

à « Macron Attacks » !

Grève et mobilisation dès

le mardi 12 septembre 2017

 

Pour télécharger le tract, c’est ici

Pouvoir d’achat et emploi des fonctionnaires: 7 syndicats appellent à l’action le 15 mai 2014

Le 15 mai prochain, les organisations syndicales de fonctionnaires CFDT, CFTC, CGT, FA-FP, FSU, Solidaires, UNSA se mobilisent avec les agents pour dire « stop » à la baisse du pouvoir d’achat. Ce sera sans doute une réponse forte aux annonces de Manuel Valls d’hier et notamment à celle qui concerne la poursuite, pour deux ans encore, du gel du point d’indice pour les fonctionnaires.

Cette journée pourra prendre des formes diversifiées rassemblements, manifestations, grèves, arrêts de travail…)
Elles exigent « des rémunérations revalorisées et des emplois publics de qualité correspondant aux besoins ». Concernant la politique salariale les syndicats dénoncent le blocage de la valeur du point d’indice, le ralentissement des avancements, stagnation des grilles indiciaires. « La politique salariale privilégie l’individualisation des rémunérations au détriment du dispositif collectif. La part des primes et indemnités augmente par rapport au traitement de base », écrivent les 7 syndicats dans leur appel unitaire. Les organisations syndicales revendiquent : 
- une revalorisation immédiate du point d’indice ;
- la refonte de la grille pour une meilleure reconnaissance des compétences et des qualifications ;
- l’intégration d’une large partie des primes dans le traitement indiciaire.

Sur le volet de l’emploi, les syndicats de fonctionnaires dénoncent « la précarisation de l’emploi public et la multiplication des emplois à temps incomplet. » Ils revendiquent :
- des emplois pour faire face aux besoins ;
- le développement des garanties pour les contractuels ;
- des perspectives de carrière et de mobilité pour tous les agents ;
- la possibilité d’exercer des missions de service public dans de conditions décentes.

Contre l’austérité et la casse de la Protection Sociale, faisons-nous entendre le 1e mai !

Une journée au cœur d’un printemps social

Partout dans le monde, la prochaine Journée internationale du travail sera l’occasion de voir descendre dans les rues des milliers de salariés, de privés d’emploi et de retraités afin d’exiger la mise en œuvre de véritables politiques de progrès social. En France, où la courbe du chômage ne cesse de grimper alors que celle du pouvoir d’achat continue de chuter, tous les salariés sont appelés à se rassembler pour faire de ce 1er Mai 2014 un véritable événement au cœur d’un printemps social.

Saisissons-nous de cette journée pour exiger, ensemble, ce que, chaque jour, chacun et chacune d’entre nous n’a pas toujours la force de revendiquer.
Tous ensemble, revendiquons l’augmentation des salaires et des pensions, l’amélioration de nos conditions de vie et de travail, la reconnaissance de notre travail et une véritable politique de relance économique qui favorise la création d’emplois de qualité.

Seul ou en famille, entre amis ou avec des collègues de travail, syndiqués ou non syndiqués, manifestons pour faire entendre notre volonté de justice sociale et notre détermination à offrir un avenir à la jeunesse.

Face à une situation économique et sociale qui s’aggrave, dans une société où la qualité du « vivre ensemble » se dégrade, il est urgent d’intervenir et ne pas laisser faire : urgent de dire haut et fort que les solutions apportées sont à des années-lumière des besoins des salariés.

Les orientations du nouveau gouvernement ne répondent en effet en rien aux aspirations des salariés et ne règleront rien. Le vote-sanction que les électeurs ont voulu infliger au gouvernement lors des dernières élections municipales n’a visiblement pas été entendu. Le gouvernement remanié a clairement choisi d’enfoncer un peu plus le clou des mesures d’austérité, en commençant par imposer l’austérité salariale dans le secteur public comme dans le privé.

Dans une France où 1 jeune sur 4 est au chômage où les plus anciens voient leurs pensions rabougries, où les salaires sont bloqués depuis de nombreuses années, et où plus de 80 % des embauches sont réalisées en CDD, la situation des salariés n’a jamais été aussi fragile. Jamais, pourtant, les salariés ne se sont vus imposer autant de sacrifices pour le seul bénéfice du patronat.

• « Zéro charges » pour les salaires payés au Smic, c’est condamner des millions de salariés aux bas salaires.
• 2 € de plus par jour pour un salarié payé au Smic, à travers la diminution imposée de ses cotisations sociales, ce sera aussi, concrètement, pour lui, dès 2015, le « choix » entre des frais de couverture sociale supplémentaire ou des droits en moins.
• 19 milliards d’économies sur le budget de l’État : ce sera une baisse des capacités publiques d’intervention sociale et économique, une réduction des services publics et de leurs missions, moins d’infirmières, de professeurs, de policiers…
• 10 milliards d’économies sur l’Assurance-maladie : ce ne sera certainement pas un meilleur remboursement des médicaments et des soins, ni une meilleure prise en charge des assurés.
• En revanche, 30 milliards d’euros de cadeaux supplémentaires au patronat : c’est un nouveau détournement de notre budget commun, alors que, chaque année, chaque habitant français donne déjà plus de 3 000 € en aides diverses aux entreprises soit disant pour préserver l’emploi, sans aucune garantie que cet argent serve à l’emploi et encore moins à l’investissement.

Cette situation n’est pourtant pas une fatalité : d’autres choix visant le progrès social sont possibles. Pour cela, il faut s’unir pour agir, se rassembler pour gagner.

Le 4 avril dernier, les travailleurs de tous les pays européens, unis, avec leurs syndicats, ont montré leur capacité à se rassembler massivement pour dénoncer les politiques d’austérité imposées par les États membres de l’Union et les institutions européennes et exiger un plan de relance des investissements et la création d’emplois de qualité.

Pour sortir de l’austérité et ouvrir une nouvelle période de progrès social, rassemblons-nous le 1er Mai prochain pour :
• l’augmentation des pensions et des salaires ;
• la mise à plat et l’évaluation de toutes les aides publiques accordées aux entreprises ;
• une vie meilleure, faite de justice sociale ;
• le respect des droits fondamentaux des êtres humains partout dans le monde, à commencer par le droit à un travail décent, reconnu et valorisé ;
• un débat national sur la répartition des richesses créées par notre travail.

Refusons l’isolement, le repli sur soi, l’exclusion, le racisme et le rejet de l’Autre.

Mobilisons-nous pour le « vivre ensemble », la solidarité entre les salariés et l’égalité des droits, le choix de la paix, le choix du social.