Déclinaison de l’accord QVT : un cache misère…

La déclinaison de l’accord QVT, présentée en CHSCT Lorrain le 14 décembre 2017, tient principalement en deux axes :

1.L’expression des salariés (« la capacité donnée aux agents de s’exprimer sur leur travail est l’un des éléments favorisant leur perception de la qualité de vie au travail et le sens donné au travail tout en les rendant acteurs de l’organisation »). Il sera mis en place des « réunions d’expression » et des « groupes de pairs ».

-« Réunions d’expression » : réunions de 2h, sur les plages fixes, à fréquence trimestrielle, sur la base du volontariat, animée par un agent volontaire, pour « partager les bonnes pratiques, les difficultés, créer du lien social et renforcer le sentiment de soutien du collectif, participer à la réalisation opérationnelle des métiers… »

-« Groupes de pairs » installés au niveau local, territorial ou régional pour « mettre en commun les pratiques entre pairs, partager le vécu professionnel », rechercher ensemble des solutions à des problématiques professionnelles communes ».

2.Usage des outils numériques : des mesures destinées à « mieux vivre avec sa messagerie » dans le respect de la vie personnelle (lutter contre les mails en dehors du temps de travail, désactivation du « répondre à tous », etc.)

 

La CGT est sceptique sur l’efficience de ses mesures qui ne correspondent pas aux attentes et aux besoins des salariés. Par ailleurs, les faits contredisent les intentions affichées dans l’accord QVT. Par exemple :

-des entretiens du cabinet ELEAS (diagnostic en vue de l’amélioration de la QVT et la prévention des RPS) ont été proposés à des agents de Hayange ou Thionville, avec des RV à 15h30 ou 16h00 à la DR Nancy-Chalnot, ce qui suppose des retours au domicile vers 18h30 ou 19h00 dans le plus grand mépris des plages fixes et de la qualité de vie personnelle. Un comble…

-la façon dont l’Etablissement gère le repas de Noël est symptomatique et indigne. Des entreprises ou établissements comparables à Pôle emploi ont compris la valeur symbolique de cet évènement et savent offrir, une fois par an, un repas à leurs salariés (et parfois à leurs conjoints) sans que cela ne coûte à ces derniers en argent ou en temps de travail.

-sur le terrain, les membres du CHSCT constatent trop souvent des situations de management brutal qui donnent lieu à des points à l’ordre du jour des réunions de l’instance : la DR serait bien inspirée de veiller à l’instauration et au maintien d’un management bienveillant, avant de décliner l’accord QVT au travers de gadgets inutiles.

Les commentaires sont fermés.